AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vipères et ballades...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vipères et ballades...   Mar 17 Avr - 21:49

La vipère aspic (Vipera aspis)

Ce serpent est somme toute très dur à confondre avec les colubridés de nos régions, et il n'y a guère qu'avec ses 3 cousines françaises que l'identitification peut parfois être problématique (Vipère péliade, Vipère de Séoane et Vipère d'Orsini).



La vipère dépasse rarement 60cm adulte, pouvant néanmoins atteindre exeptionnellement 90cm (les mâles le plus souvent). Sa robe peut aller du gris clair ou brun/rouille. Celle-ci est toujours bariollée de motifs sombres plus ou moins en zig zag sur le dos. A noter qu'il existe une exception à cette règle: des vipères complètement noires (forme mélanique). Celles-ci se trouvent en montagne dans l'est de la France, au nord de l'Italie et en Suisse.



Sa tête est très bien marquée par rapport au cou, d'aspect un peu "triangulaire" vu de dessus. La vipère aspic arbore une sorte de nez retroussé qui là aussi est très reconnaissable et ne prette à aucune forme de confusion avec une couleuvre. Ce museau est moins marqué chez les autres espèces de vipères françaises. Autre détail majeur: La pupille des vipères est verticale, tandis que celle-ci est ronde chez tous les colubridés français.



La vipère aspic est présente partout en France à l'exception de l'extrème nord du pays. Sa cousine péliade occupe quant à elle la moitié nord du pays. La vipère de Séoane est cantonnée à une petite région des Pyrénées tandis que la vipère d'Orsini se trouve dans les alpes maritimes. C'est un animal diurne, devenant nocturne dès que les températures lui permettent (à partir de mai/juin), par conséquent à moins de se trouver en montagne, il est très peu probable d'en croiser une active le jour en plaine en plein mois d'août...



Ce serpent est très peureux et bien moins agressif que la plupart des couleuvres, ne mordant que si ouvertement agressée, mise en danger ou blessée. La plupart des accidents (85% des envenimations recensées) sont le fruit de morsures aux mains, donc sur des personnes ayant voulu s'en saisir... Autre chiffre très parlant: il y a statistiquement plus de chance d'être frappé par la foudre en France que d'être mordu accidentellement par une vipère (sans l'avoir vu quoi...).



Sur les 4 espèces de vipères présentes en France, seules deux ont entrainé des décès humains: la vipère aspic et la péliade. Ces décès sont principalement dû à des morsures non traitées... Il faut savoir que la toxicité des venins est variable en fonction de l'espèce de vipère (l'aspic venant de loin en tête) mais aussi en fonction de la localité de l'animal, ainsi les vipères aspic du sud-ouest français (Vipera aspis zinnikeri, reconnaissable grace à une ligne dorsale brune en plus des motifs en zig-zag) possèdent un venin 4 fois plus toxique que ses cousines du reste du pays.



La vipère est un animal discret, aux mouvements lents sauf quand dérangée. Elle reste immobile, misant sur son mimétisme pour ne pas attirer l'attention, puis s'enfuyant lentement quand le danger est passé. Elle fréquente des biotopes secs de brousailles, de friches, les abords de sous-bois ou les zones de roches (éboulis) où elle peut facilement trouver le gite et le couvert.



Jeune, elle se nourrit de lézards, de grenouilles, d'insectes... Adulte elle préfèrera les rongeurs qu'elle chasse à l'affut. Une fois la proie à proximité, elle lui innocule son venin puis se met à sa recherche, pistant à l'odeur le chemin emprunté par le rongeur jusqu'au lieu où, mort, celui-ci git.



A noter que la vipère d'orsini est protégée par la convention de Berne (annexe 2), idem pour les 3 autres espèces (annexe 3). Mais seulement la vipère d'Orsini et la vipère de séoane eut égard à leur rareté (ainsi que l'ensemble des colubridés de France) sont protégés sticto senso par la loi française (L415.3 du code de l'environnement: six mois de prison et 9000€ d'amende en cas de destruction, de maintenance, de transport ou de vente). Les deux autres espèces de vipère peuvent être tuées eut égard au danger qu'elles peuvent représenter MAIS ne peuvent être mutilées ou déplacées ou maintenues ou vendues (art2 de l'arrêté du 22 juillet 1993)...


Dernière édition par le Mer 18 Avr - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cheyenne
Co-Administrateur
Co-Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3506
Age : 36
Localisation/département : Rhône
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mar 17 Avr - 22:13

Très belles photos David, comme d'habitude, et merci pour le petit exposé qui va avec! Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snakes.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mar 17 Avr - 22:18

Tres belles photos, merci.

Photographe est parfois un métier a risque quand meme lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mar 17 Avr - 22:42

EN CAS DE MORSURE DE VIPERE.

1 Phase préhospitalière

Ce qu’il faut faire :
- Garder son calme, rassurer la victime et son entourage !
- Repos conseillé (toute activité motrice peut favoriser la diffusion du venin).
- Enlever les bagues, bracelets ou garrot potentiel.
- Désinfecter la plaie avec de l’alcool ou autre antiseptique.

Ce qu’il ne faut pas faire :
- Inutile voire dangereux d'effectuer une incision, une succion, un débridement de la plaie ou de mettre en place un garrot.
- L'Aspi venin n’a pas fait la preuve de son efficacité, il est donc inutile...
- L'héparine et les corticoïdes n'ont aucune indication.

Transport : appel au 15

Toute suspicion de morsure de vipère implique une évaluation médicale et une surveillance dans un service d’urgence.
En cas de signes généraux, le transport doit faire appel à une équipe médicalisée.

2 Phase hospitalière

Qui sera hospitalisé et comment ?

Les critères d’hospitalisation et les indications thérapeutiques sont fonction du type d'envenimation observé, en sachant que celui ci peut évoluer durant les premières heures.

- Grade 0 ( morsure sans envenimation ou "morsure sèche") :

Surveillance de 4 heures aux urgences en cas d'apparition d’un oedème.
Au-delà de ces 4 heures, une évolution vers un grade l est improbable.
Désinfection locale et contrôle de la vaccination antitétanique.

- Grades I (envenimation mineure, simple oedème local) :

Hospitalisation pendant au moins 24 h (UHCD)
Réévaluer la gradation toutes les heures pendant la période d’aggravation maximum (6 premières heures), surveillance de l'évolution de l'oedeme et examens biologiques renouvelés toutes les 6 heures, traitement idem au grade 0 et antalgiques.

- Grade II (envenimation modérée, extension de l’oedème et / ou signes généraux modérés) :

Hospitalisation en réanimation.
Dès ce stade, l’immunothérapie par Viperfav est indiquée. Cet anti venin est efficace contre les morsures de vipères européennes (Vipera aspis, Vipera berus, Vipera ammodytes), il réduit la mortalité en diminuant les complications et les séquelles possible dû au grade II d'envenimation et diminue la durée d'hospitalisation, notament la durée de séjour en réanimation.

Mode d'administration du Viperfav :
- Une seule posologie quel que soit l’âge et le poids.
- Un flacon de 4 ml à diluer dans 100 ml de sérum physiologique.
- Perfusion sur 1 heure.
- A renouveler éventuellement à H+ 5 si les signes de gravité se poursuivent.

Contre indications :
- Antécédents allergiques connus aux protéines hétérologues d’origine équine.
- Usage strictement hospitalier.

Effets indésirables :
Réactions allergiques : exceptionnelles
- réactions mineures (sueurs, nausées, éruption cutanée, chute de tension modérée), cédant habituellement au ralentissement de la perfusion.
- réactions anaphylactoïdes : hypotension, dyspnée, urticaire, oedème de Quincke, voire choc anaphylactique : Arrêt de la perfusion et traitement du choc.
- Maladie sérique : fièvre, prurit, urticaire, adénopathies, arthralgies, six jours après le début du traitement.
- Guérit sous corticoïdes en 21 j.

- Grade III (oedème extensif majeur et signes généraux sévères) :

hospitalisation en réanimation.
Ces cas deviennent rarissimes si les patients sont admis rapidement à l’hôpital et si le traitement spécifique est administré dès le grade II.
- Immunothérapie par Viperfav (cf Grade II),
- Correction rapide des troubles hémodynamiques: expansion volémique, sympathomimétiques.
- Traitement symptomatique des complications : allergiques, pulmonaires, digestives, rénales…

3 Traitement préventif

Ne pas oublier que la vipère n’attaque pas sauf si on la menace ; elle est sourde et myope mais très sensible aux vibrations. Porter des chaussures fermées ou des bottes, des pantalons longs, faire attention où l’on marche, où l’on met les mains (tas de feuille, paille, pierres, rochers, pieds de vignes ), en cas de rencontre avec une vipère, ne pas la menacer avec un bâton, ni l’effrayer.

Cas particulier des reptiles venimeux exotiques en captivité :

De nombreuses espèces de serpents exotiques sont en captivité chez des particuliers et responsables d’accidents dont le tableau est fort différent de ce que l’on observe avec nos vipères européennes :

- Signes loco-régionaux extensifs, voire nécrose (vipères africaines ou asiatiques, crotales américains).
- Troubles majeurs de la coagulation (vipères africaines, crotales américains).
- Hypotension artérielle sévère (crotales).
- Neurotoxicité voire dépression respiratoire (cobras, serpents corail).
- Syndrome muscarinique (mambas).
- Rhabdomyolyse (serpents marins).

Le traitement repose essentiellement sur l’administration d’un antivenin spécifique, lequel est bien sûr rarement disponible en France (se renseigner auprès d’un centre antipoison) et sur le traitement symptomatique des différentes complications des envenimations graves en réanimation.

La maintenance de tels animaux étant soumis à un contexte légal très strict (CDC), ils imposent la possession de sérums anti venins adaptés par leurs propriétaires, ou à défaut une possibilité d'accès dans les plus brefs délais aux substances indiquées.


Ce document est un "résumé" de la procédure hospitalière type en France en cas d'envenimation de vipère.

L'antivenin par défaut (viperfav) ne concerne pas les vipères d'Orsini ni de Séoane, celles-ci ne possédant pas de venin suffisamment toxique pour justifier (sauf cas spécifique comme une allergie ou une morsure sur un sujet à risque genre enfant, personne cardiaque, etc...) une procédure hospitalière majeure, ce qui ne dispense pas d'un passage par la case "urgences" au cas ou!!! Les allergies potentielles étant impossible à anticiper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mar 17 Avr - 22:56

Ca c'est du post,bravo! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5533
Age : 36
Localisation/département : villefranche sur saone (69)
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 10:13

Merci pour ce post tres informatif Wink
Si je peux me permettre d'en demander toujours plus Very Happy as tu des photos des autres especes? (je sais que ca se trouve sur le net...mais tes photos sont franchement bien voire franchemen mieux Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 10:22

très belles photos et informations très intéressantes Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 11:44

Eve a écrit:
Merci pour ce post tres informatif Wink
Si je peux me permettre d'en demander toujours plus Very Happy as tu des photos des autres especes? (je sais que ca se trouve sur le net...mais tes photos sont franchement bien voire franchemen mieux Wink )

Péliade = je cherche, je cherche, ça devrait venir... lollllllll
Orsini/Séoane = Non j'ai pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 13:05

Le post devrait être mis en post-it avec les beaux jours qui arrivent, ce genre de choses devrait être su de tous ceux qui se promènent dans leurs habitats.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 13:57

Un peu d'histoire (et de mythologie...)

L'origine latine du mot Vipère est ethymologiquement la même que celle de certaines créatures fantastiques comme la vouivre ou le wyvern.

La première est une sorte de serpent géant présentant des pattes de cochon, des ailes, et possédant un joyau au milieu du front (l'escarboucle), cette légende se retrouve dans de multiples contrées en Europe occidentale et semble plus ou moins originaire de la région jurassienne. Cette créature est souterraine, venant se baigner (lac ou marais) occasionnellement après avoir déposé son joyau sur la berge. Celui qui s'en emparerait gagnerait richesse et bonne fortune, si la bête s'en appercevait, s'en était fini du téméraire héro... Beaucoup de contes populaires locaux ont dérivé de cette légende, à un point tel que probablement chaque commune de france possède sa propre histoire de vouivre... Au moyen âge, la vouivre a inspiré la noblesse au travers du symbolisme de peur que la créature fantastique pouvait représenter. C'est pourquoi on la retrouve sur de nombreux blasons sous le nom de "guivre" ou "givre"...

La wyvern est plus ou moins la même créature (dragon avec deux pattes de coq), et est originaire de l'héraldique. Elle est symbole de vengeance, de conquête. Il existe certains dérivés comme la merwyvern (wyvern avec une queue de poisson) ou le lindworm (sans pattes ni ailes), ce dernier ayant probablement une origine encore plus ancienne et liée au panthéon divin du monde viking...

De nombreuses fables existent au sujet des vipères, comme la croyance populaire voulant qu'elle vous poursuive si vous courrez et que pour se faire des pattes pouvaient lui pousser (je l'ai encore entendu y'a pas longtemps celle-là!)... C'est à la fois vrai et faux... La vipère ne poursuit pas une personne, mais des pattes peuvent effectivement lui pousser! Je m'explique: Les serpents mâles possèdent deux hémipenis (deux bites quoi...) cachés dans leur cloaque. Ces hémipenis sortent pour la copulation mais aussi en cas d'agonie de l'animal, or ceux-ci peuvent mesurer jusqu'à 2cm de long pour 0.5cm de large, débordant de part et d'autre de l'abdomen et donnant ainsi l'illusion d'une paire de patte venant de pousser... Les légendes sont souvent les interprétations romancées d'une vérité que peu de gens connaissent!

Les noeuds de vipère maintenant: Visibles en aout et septembre, ces noeuds ne sont rien d'autre que des bébés venant de naître, car la vipère ne pond pas d'oeufs mais est ovovivipare, donnant naissance à des petits (entre 5 et 20) parfaitement formés (à noter que ces bébés sont aussi venimeux que les adultes!)

Le mythe des lachers de vipères (en montagne dans l'est de la France souvent): cette histoire est une incroyable dérive d'opinion reposant sur un fait dérisoire: Des herpetologistes observaient il y a quelques dizaines d'années des vipères, les comptabilisant sous le regard des agriculteurs du coin, des agriculteurs à qui il n'en fallu pas plus pour conclure qu'ils étaient en train d'en lacher dans la région... Le bouche à oreille a fait le reste, jusqu'à propager cette interprétation infondée à travers toute la france!!!

Et y'en a encore plein des comme ça, tant les serpents sont méconnus et crains, des contextes psychologiques on ne peut plus parfait pour élaborer moult histoires rocambolesques quand mélées de religion (Le plus bel exemple: le mythe de la tentation avec le serpent et sa pomme dans la religion judéochretienne) ou de mysticisme (vouivre and co)...
Revenir en haut Aller en bas
nat
Co-Fondateur
Co-Fondateur


Féminin
Nombre de messages : 6780
Age : 52
Localisation/département : près de Nantes
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 16:17

Je sais pas ou placer ce post mais j'aimerai bien qu'il ne tombe pas dans l'oublie...En post it , en fiche..,...???et dans quelle rubrique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gutt-folie.fr
Eve
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5533
Age : 36
Localisation/département : villefranche sur saone (69)
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Mer 18 Avr - 19:37

je sais pas non plus...mais il faut alors changer le titre, parceque la vouivre c'etait pas parlant pour moi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vipères et ballades...   Aujourd'hui à 3:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Vipères et ballades...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche cavalier(e) ou Meneur(se) pour faire ballades journée ou rando loin !
» Recherche cheval polyvalent acces ballades.
» Ballades du mois de janvier 2011 !
» Ballades en indre et loire
» Pradines Au temps des chasseurs de vipères

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guttatus and co :: Photo animaux et aménagements-
Sauter vers: